1988 Les associations…

19 mai 1988 Ouest France

Quand les associations vont aux bains-douches

L’amélioration du confort sanitaire des logements individuels a lentement relégué au rang de témoins du passé certains équipements urbains jugés encore indispensables au lendemain de la guerre.

Cependant, quelques bains-douches fonctionnent encore aujourd’hui. Mais que faire des autres établissements? Ceux qui meurent de leur belle mort, faute de fréquentation suffisante, qu’en faire? Nantes a trouvé une solution originale. En rénovant ces anciens bâtiments et en les reconvertissant en autant de maisons d’associations. Une façon intelligente de faire d’une pierre deux coups, en maintenant à la fois leur rôle social et convivial.

C’est sous la précédente municipalité que les choses ont commencé. Avec l’aménagement des Bains-douches de la rue Dupleix quartier Chantenay et de la rue Michel Rocher quartier des ponts (1982).

Les travaux ont continué avec celui de la rue du Prinquiau quartier Zola et celui de la Maison Rouge. Le 5 ème a être réhabilité sera celui de la rue Jules-Bréchoir à Doulon et aura une vocation culturelle. Quand au 6 ème, il a été échangé avec l’Union mutualiste de L-A. Le compte est bon, rien ne s’est perdu, tout est transformé!

———————————————————————————————

19 mai 1988 Presse Océan

Bains douches « maison » pour associations

Les bains douches de l’allée Baco ont bénéficié d’une grande toilette. Plusieurs bureaux privatifs à l’usage des associations y seront aménagés.

Michel Chauty a inauguré hier matin une toute nouvelle maison des associations installée dans les anciens bains douches de l’allée Baco. Cette réalisation d’un cout de 2,8 millions de francs comprend un hall d’exposition de 100m², deux salles de réunion et une quinzaine de bureaux privatifs. L’ensemble du bâtiment étant, d’autres part, raccordé au réseau de chauffage urbain de l’usine d’incinération de la Prairie de mauves.

Cette réalisation fait partie intégrante de ce que Louis Oger a qualifié de « grand puzzle des associations ».

Après 13 mois de travaux, Baco va donc pouvoir rouvrir ses portes..

Les cinq autres établissements, Michel Rocher, Dupleix, prinquiau, jules- Bréchoire ainsi que celui de la rue Noire ont déjà accompli leur mutation.