1977 Coulé par le progrès

PRESSE OCÉAN DU 30 MARS 1977

Les bains-douches municipaux coulés par le progrès!

Dans quelques siècles, il est fort probable que l’on fera visiter les vestiges des bains douches municipaux de Nantes, comme on se rend aujourd’hui par milliers dans les ruines des thermes de Caracalla. Sans doute nos bains-douches sont-ils de plus en plus modestes dimensions,mais ils continuent à être toujours fréquentés par la population nantaise. D’année en année, la clientèle est moins nombreuse dans les cinq derniers établissements de ce type de la ville, car le confort moderne a apporté la douche et la baignoire à domicile. Cependant, baigneuses et baigneurs, sont du jeudi au dimanche au service du public.

Les bains douches municipaux se comptent désormais sur les doigts de la main. On les trouve rue Jules-Bréchoir, rue Dupleix, rue Rocher, chemin du prinquiau et allée de la Maison Rouge.

En 1972: 138 000 douches et 7000 bains.

En 1976, 85 000 douches et 5000 bains.

Allée de la Maison Rouge, les plus anciens

C’est Ferdinant Favre, maire de Nantes de 1832 à 1865 qui les inaugura. Ils sont essentiellement fréquentés par la population du quartier. Y viennent également bon nombre d’étudiants.

Après avoir franchi le seuil de cet établissement dont l’aspect extérieur fait comprendre d’emblée que la façade n’est pas, depuis fort longtemps, soumise au lessivage, il faut prendre la direction de la caisse. Les actuels tarifs seront modifiés à partir du 4 avril 1977. 3Frs la douche, 5,30 le bain ordinaire, 6,80 le bain de Barêges. On peut se procurer sur place, une serviette 1,20frs, un bonnet 0,60frs, un peignoir 2,30frs. Au rez de chaussée, le client est accueilli par un baigneur s’il veut prendre une douche, et au premier étage par une baigneuse, s’il veut prendre un bain. Quand il est entré dans la cabine de douche, ou dans la salle de bain, il se trouve enfermé. Le baigneur et la baigneuse ont tous deux un « carré » en leur possession pour délivrer leurs pensionnaire d’un moment, lorsque retentit une sonnette au dessus de la porte, et que s’allume un voyant.

Entre chaque client, douches et baignoires sont lavées et rincées. La clientèle est, dans l’ensemble, peu causante, mais les habitués aiment bien bavarder quelques minutes avec le personnel des bains douches. De mémoire de baigneuse et de baigneur, il ne se passe jamais rien dans leur établissement, car la clientèle est très sérieuse.