Séchoir à tiroir 1850

Bains&Lavoirs publics – Commission institué par ordre du Prince Président de la république 1852 (extrait)

FIGURE 1: Ce séchoir se compose de trois compartiments séparés par des cloisons. Chacun de ces compartiments contient 8 chevalets ou tiroirs verticaux dans lesquels le linge à sécher est placé sur de tringles en fer galvanisé. Ces tiroirs se meuvent sur des rails en fer, au moyen de roulettes. Le 1er compartiment, à gauche de la figure, indique ces tiroirs rentrés dans leur case; on a indiqué la projection des tringles qui supportent le linge. Le compartiment à droite du précédent indique aussi les tiroirs rentrés dans leur case, mais on a supprimé les projections des tringles qui supportent le linge, pour laisser voir plus clairement la disposition des rails et des roulettes des tiroirs.

Dans le 3ème compartiment on a indiqué le plan du fourneau qui échauffe l’air du séchoir. Ce plan est fait à hauteur du foyer. Les degrés et le palier indiqué en avant de l’entrée du foyer, servant à élever à hauteur convenable, pour son travail, l’ouvrier chauffeur.

On a indiqué par des lignes ponctuées le parcours de la fumée, depuis les foyers jusqu’aux cheminée.

FIGURE 2: elle présente une coupe faite suivante la ligne brisée marquée au plan, en partie sur la longueur du séchoir en passant sur l’un des foyers, et en partiel en avant de ce séchoir en passant devant le second foyer.

Elle montre les tuyaux de circulation de la fumée de ces foyers. Ces tuyaux sont en tôle et isolés, de tous cotés, dans une cavité qui est en communication directe avec l’air du séchoir. Cette coupe fait voir aussi les solives sur lesquelles sont placés les rails, et les tringles en fer galvanisé sur lesquelles on étend le linge. Aux dessus du séchoir, elle indique un large conduis en maçonnerie, servant à conduire au dehors la vapeur qui se dégage du linge, et les ouvertures fermées de soupapes qui établissent, à volonté, une communication entre ce conduit et le séchoir.

La portion à droite de cette figure montre la face des tiroirs, avec les poignées par lesquelles on les tire. Elle montre au dessous la face du fourneau, avec l’entrée du 2ème foyer.

FIGURE 3: elle présente la coupe en travers du séchoir et montre l’un des tiroirs, à moitié tiré, avec la disposition de ses roulettes et des tringles qui supportent le linge. Lorsque le tiroir est entièrement tiré pour qu’on puisse y placé le linge par les deux flancs qui sont à jour, la plaque, ou montant de derrière du tiroir viens fermer l’entrée du séchoir; quand le tiroir est entièrement rentré, c’est la plaque, ou montant de devant, qui ferme cette entrée.

Par ce moyen l’air du séchoir ne peut se refroidir que pendant le temps qu’on emploie à tirer ou rentrer chaque tiroir. Cette coupe montre encore la section du conduit par lequel s’échappe la vapeur dégagée du linge, la soupape qui donne passage à cette vapeur, et le mécanisme qui sert à manœuvrer cette soupape, elle fais voir le détail d’un des foyers et les sections des deux parties du tuyau de tôle ou circule la fumée; elle montre les solives en fer qui reçoivent les rails. Sur la nervure inférieure de ces solives est fixé un grillage horizontale, en fil de fer, pour préserver de l’incendie le linge qui viendrai à tomber d’un des chevalets.

FIGURES 4 et 5: face et profil des solives en fer

FIGURES 6 et 7: détails des roulettes des tiroirs